Comment bien choisir et appliquer son gel hydroalcoolique ?

Tout ce qu'il faut savoir sur le gel hydroalcoolique : découvrez nos conseils pour bien choisir votre gel et protéger vos mains !

“Se laver très régulièrement les mains”, tel est le premier geste barrière à respecter pour se préserver et protéger les autres face au virus du Covid-19. En dehors de chez soi et lorsqu’il n’y a pas d’accès à un point d’eau, c’est le gel désinfectant qui prend le relais pour nous protéger du virus. En effet, aussi pratique qu'efficace, il ne nécessite ni eau ni serviette pour éradiquer 99% des bactéries.

Autrefois utilisé exclusivement par le personnel médical et paramédical, le gel désinfectant (ou “gel hydroalcoolique”) s’est désormais fait une place dans toutes les poches. Mais comment évaluer son efficacité ? En effet, la crise sanitaire a suscité le développement d’une offre diversifiée de gels désinfectants parmi lesquels il est parfois difficile de se retrouver. Comment bien choisir et appliquer son gel hydroalcoolique ? Tous nos conseils pour vous assurer une protection optimale.

I. Comment bien choisir son gel hydroalcoolique?


Pour bien choisir son gel hydroalcoolique, trois critères doivent être pris en compte afin d’assurer une action optimale contre les virus dont le Covid-19. Ils concernent la composition, la certification et la péremption du produit.

1. La composition du gel désinfectant pour les mains

“Éthanol”, “n-propanol”, ou “isopropanol”, ces alcools sont les actifs indispensables à l’élimination des bactéries, virus et champignons. Pour cette raison, le gel désinfectant pour les mains doit impérativement contenir entre 60% et 70% d’un de ces alcools. Pas moins de 60% pour assurer l’efficacité de son action et pas plus de 70% pour ne pas provoquer des réactions sur la peau. Le reste de la formule contient un agent émollient - glycérine, alcool myristique, triéthanolamine, l’hydroxyurée… - et parfois un antiseptique associé.

2. La certification NF EN 14476

Outre la teneur en alcool, un autre indice précieux permet de vérifier l’efficacité du gel désinfectant face aux pathogènes  : la norme  NF EN 14476. Mise en place en juillet 2019 par l’Agence Française de la Normalisation (AFNOR), cette norme porte sur les antiseptiques et désinfectants chimiques et certifie son activité virucide. Dans un contexte d’épidémie, elle est recommandée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) car "la référence à cette norme indique que le produit a fait l'objet de tests démontrant son activité sur des virus nus (des virus plus résistants que les virus possédant une enveloppe)".

3. La péremption du gel désinfectant pour les mains

Parce que les gels désinfectants sont principalement composés d’alcool, une idée reçue serait de penser qu’il ne se périme jamais. Pourtant, les gels hydroalcooliques, comme tous les produits, présentent une date de péremption. Inscrite sur le flacon, la péremption des gels hydroalcooliques intervient deux ans après sa fabrication. Pour qu'elle soit garantie, cette durée de validité implique toutefois une conservation du gel à température ambiante et surtout dans un contenant fermé. En effet une fois le flacon de gel hydroalcoolique ouvert, il n’est plus stérile et se garde seulement entre un et trois mois selon les fabricants et selon sa composition.

II. Comment bien appliquer son gel hydroalcoolique ?


L’efficacité du gel hydroalcoolique correspond aussi à l’usage que l’on en fait. Il faut l'utiliser au bon moment, de la bonne façon, mais aussi et surtout, ne pas en abuser au risque de fragiliser la peau.

1. Quand appliquer le gel hydroalcoolique ?

Parce que le meilleur réflexe pour se protéger des virus est toujours de se laver les mains avec de l’eau et du savon, le gel hydroalcoolique intervient comme un relais indispensable lorsque, hors de chez soi, il n’y a pas d’accès immédiat à un point d’eau. Les applications de gel sont ainsi variables et dépendent inévitablement de ce que l’on fait avec ses mains. En règle générale, il convient de se désinfecter les mains dès que l’on pense avoir été exposé à un virus ou une bactérie : en touchant des surfaces potentiellement contaminées (barre de métro, poignée de porte ou tout élément structurant d’un lieu public) ou bien lorsque l’on a pu être en contact avec un individu potentiellement porteur du virus. Suite à 4 ou 5 utilisations de gel désinfectant, un lavage de main à l’eau et au savon est recommandé.

2. Comment appliquer efficacement le gel hydroalcoolique ?

Pour se désinfecter efficacement les mains à l’aide d’un gel hydroalcoolique, il convient tout d’abord d’avoir les mains sèches et propres (dépourvues de souillure apparente) et d’en appliquer une quantité suffisante (de la taille d’une bille) pour couvrir les deux mains jusqu’aux poignets. Ensuite, une friction de 30 secondes sur l’ensemble des mains - le dos de la main, les espaces entre les doigts, le dessus des doigts y compris des pouces, le bout des doigts et les ongles - suffit à éradiquer 99% des bactéries.

3. Modérer l'utilisation du gel hydroalcoolique

Pour qu’il reste efficace, le gel désinfectant pour les mains doit être utilisé avec modération. En effet, une application excessive met les mains à rude épreuve au point de faciliter les infections. Explication : le gel hydroalcoolique agit sur tous les agents infectieux sans discrimination, éliminant ainsi bactéries pathogènes ou non. Seulement les bactéries non pathogènes constituent ce que l’on appelle le “microbiote” de la peau (ou flore cutanée), une biodiversité bactérienne qui nous protège des agressions extérieures telles que la pollution, l’évaporation de l’eau, les ultraviolets mais aussi et surtout, les infections. Cette flore cutanée se reforme rapidement cependant, une application excessive de gel hydroalcoolique compromet sa reformation et laisse la peau à nue. Résultats : les mains peuvent rougir, la peau tirer, brûler. À vif, la peau devient alors exposée aux infections.

4. Coupler l'utilisation du gel hydroalcoolique avec un soin des mains

Pour prévenir ou réparer les dommages entraînés par une application répétée de gel hydroalcoolique, plusieurs solutions existent. Pour commencer, évitez les gels désinfectants parfumés qui peuvent créer des irritations. Privilégiez plutôt des solutions hydroalcooliques spéciales “peaux sensibles “ avec un émollient aux vertus réparatrices comme la glycérine par exemple. Enfin, couplez l’application de gel hydroalcoolique avec une hydratation régulière des mains. Pour cela, adoptez le soin protecteur Cicaplast Mains. Enrichie en Niacinamide à 4% et en Glycérine, cette crème barrière réparatrice apaise, protège et restaure la barrière cutanée des mains. Indiquée pour les irritations superficielles, elle redonnera à vos mains confort et hydratation. Pour davantage de conseils pour protéger votre peau, consultez notre article “Gel hydroalcoolique : comment protéger sa peau”.

Recommandé pour vous

Voir tous les articles

Produits associés

Voir tous les produits
5845CICAPLASTBAUME B5635CicaplastVisage|Corps|Bébé/Nourrir / Apaiser|Nourrir / Apaiser|Prendre soin de la peau sensible des enfants|Réparer / toutes zones fragilisées|Réparer après l’exposition|Réparer la peau fragiliséeVisage|Corps|BébéNourrir / Apaiser|Nourrir / Apaiser|Prendre soin de la peau sensible des enfants|Réparer / toutes zones fragilisées|Réparer après l’exposition|Réparer la peau fragilisée
CICAPLASTBAUME B5 de la gamme Cicaplast, par La Roche-Posay

13,50 €