Le carnet de bord de ma peau sensible

Rythme circadien & horloge biologique - nos conseils

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la peau sensible n’est pas un type de peau au sens propre du terme. Tous les types de peau peuvent être sensibles, qu'il s'agisse des peaux grasses et à tendance acnéique des adolescents ou des peaux matures et sèches. Toutes les peaux sensibles ont une chose en commun : elles réagissent de manière excessive aux stimuli inoffensifs de l’environnement ou des soins du visage.

Mais ce qui rend la peau sensible réellement spécifique, c'est la façon dont elle évolue au fil du temps : sur une heure, une journée, une année ou toute une vie... Les facteurs environnementaux peuvent changer le visage de la peau sensible.

Une journée dans la vie d’une peau sensible

La peau suit un rythme biologique de 24 heures, appelé rythme circadien, susceptible d’affecter sa sensibilité. La nuit, elle sécrète moins de cortisol (hormone anti-inflammatoire) et plus d'histamine (médiateur chimique incriminé dans les démangeaisons), ce qui contribue à exacerber la sensibilité de la peau. Le résultat ? Un réveil pénible, avec des sensations de brûlures, de démangeaisons et de tiraillements.

Mais ce n’est pas tout. En réalité, bien que la peau soit en partie contrôlée par des mécanismes physiologiques préprogrammés, les soins quotidiens peuvent se révéler tout aussi importants, pour une femme.

Vous commencez votre journée par une longue douche chaude, avant de plonger dans l’air extérieur pollué. Vous prenez un café sur le chemin de votre bureau climatisé. À l’heure du déjeuner, vous retrouvez une amie devant un plat épicé sur une terrasse ensoleillée, avant d’enchaîner avec une après-midi pendant laquelle les réunions vont se succéder. Après le travail, vous passez par la salle de sport pour une séance de cardio avant de vous diriger vers votre bar favori pour un cocktail entre filles... Tout ça vous dit quelque chose ?

À chacun de ces moments de la journée, les changements de température et d’humidité, la pollution, la caféine, les plats épicés, le soleil, le stress, l’exercice, l’alcool peuvent aggraver l’inconfort des peaux sensibles.

Les peaux sensibles au fil des saisons

Les peaux sensibles adorent la stabilité et détestent le changement, c’est pourquoi elles redoutent par-dessus tout le printemps et l’automne, des saisons où le temps est imprévisible. Avec sa barrière fragile et ses terminaisons nerveuses hypersensibles, la peau n’a pas le temps de s’habituer aux changements rapides de température et de taux d’humidité, ce qui accroît sa sensibilité.

Chaque saison apporte son lot de pollen provenant de différentes espèces de plantes. Au printemps, trois types de pollens prédominent, tandis que l’été est la saison des graminées et que l’automne est associé au pollen de mauvaises herbes. Chaque vague de pollen est susceptible de déclencher des réactions allergiques cutanées. Pour bon nombre de personnes, cela engendre une augmentation et une baisse prévisibles de la sensibilité de la peau au cours de l’année.

Les peaux sensibles au fil des générations

Outre le rythme circadien de la peau et les changements de saison, des changements physiologiques à plus long terme peuvent avoir un impact sur le degré de sensibilité.

  • Peau de bébé : en raison de sa barrière cutanée encore « en construction », la peau de bébé est particulièrement sujette aux rougeurs et aux irritations. En matière de cosmétique, mieux vaut se limiter au minimum.
  • La peau des ados : pour venir à bout de leur peau grasse et à tendance acnéique, les adolescents utilisent souvent des nettoyants agressifs et des exfoliants abrasifs, privant ainsi la peau de ses défenses naturelles et la laissant hypersensible.
  • Grossesse et ménopause : les fluctuations hormonales ont une incidence sur la sécrétion de sébum, ce qui peut affaiblir la fonction de barrière de la peau. Les mêmes hormones ont également une influence sur le réseau de vaisseaux sanguins de la peau, ce qui peut exacerber les flushs cutanés et les rougeurs.
  • Peaux matures : au fil des années, la peau subit des changements caractéristiques. L’activité des glandes sébacées ralentit, tandis que l’épiderme et le derme s’affinent. Déshydratation fréquente, barrière défensive affaiblie : la peau mature est particulièrement vulnérable aux agressions externes.

Comment préserver l’équilibre de la peau

Véritable organe en perpétuelle mutation, la peau sensible est influencée par d’innombrables facteurs internes et externes. Pour préserver son équilibre et réduire progressivement sa sensibilité, il existe des soins cosmétiques adaptés.