Le point sur

Microbiome : ses bénéfices pour la peau

À quoi sert le microbiome cutané ? En quoi agit-il comme bouclier pour notre peau ?

L’ÊTRE HUMAIN, UNE COLONIE de bonnes bactéries AMBULANTE

Véritable fourmilière géante, notre corps est composé de toutes sortes d’organismes dont chaque espèce joue un rôle de maintien global de notre santé. La vision sensationnaliste datant de l’époque victorienne selon laquelle « les microbes sont mauvais » n’est valable que dans les livres d'histoire, pas en matière de soins quotidiens de la peau. Commençons par le côté humain du phénomène : chaque environnement formant les nombreux « paysages » richement peuplés de notre organisme se rend accueillant pour ses innombrables hôtes. Par exemple, la peau apporte humidité et chaleur, ainsi que des oligo-éléments et des sources de carbone et d’azote pour satisfaire ses précieux résidents. En retour, les microbes y ayant élu domicile remplissent de multiples fonctions afin de maintenir leur foyer en bonne santé.

  • Dans l’intestin, les bactéries produisent des vitamines, contribuent à la digestion et régulent le système immunitaire.
  • Dans l’intestin, les bactéries produisent des vitamines, contribuent à la digestion et régulent.
  • Au niveau de l’épiderme, les bactéries sécrètent des molécules ciblées pour attaquer les espèces pathogènes et éviter qu’elles ne colonisent la peau.Au niveau de l’épiderme, les bactéries sécrètent des molécules ciblées pour attaquer les espèces pathogènes et éviter qu’elles ne colonisent la peau.
  • Elles forment également une barrière physique contre les substances irritantes et les allergènes et interagissent avec le système immunitaire cutané afin d’atténuer les inflammations et autres réactions excessives.

Le microbiome comme bouclier vivant pour la peau

Le terme « fonction barrière cutanée» est fréquemment utilisé dans les articles spécialisés en dermatologie. Mais que signifie-t-il exactement ? Les médecins s’en servent depuis bien longtemps pour faire référence à la couche de cellules mortes à la surface de la peau, ainsi qu’à la couche de sébum imperméable qui la recouvre. Ensemble, elles empêchent les allergènes, irritants, polluants et autres substances responsables des agressions extérieures de pénétrer la peau et d’en atteindre les couches les plus profondes.

QUAND LES DÉFENSES DE LA PEAU S’ÉPUISENT…

La plupart des peaux sensibles, réactives ou tout simplement fragiles présentent un dysfonctionnement de leur barrière cutanée. Elles ne sont pas suffisamment bien protégées contre l’environnement qui les entoure. En conséquence, elles ne peuvent plus remplir leur rôle de première défense contre le monde extérieur. Et plus elles sont irritées, plus elles se dessèchent, et plus elles sont exposées. Elles entrent alors dans un cercle vicieux de sensibilité et d’irritations.

…LE MICROBIOME EST LÀ POUR BRISER LE CERCLE VICIEUX DE LA SENSIBILITÉ

Les dernières études menées sur le microbiome, somme totale des organismes vivant sur la peau, ont entraîné une redéfinition du concept même de fonction barrière. Pour quelle raison ?

  • En cas de dysfonctionnement de la barrière cutanée, on observe un déséquilibre entre les différents microorganismes à la surface de la peau. Celle-ci paraît alors fatiguée, comme affaiblie.
  • À l’inverse, lorsque la diversité bactérienne est restaurée, la peau semble de nouveau apaisée.
De toute évidence, les soins hydratants « classiques » sont désormais dépassés. En effet, pour soulager efficacement et durablement les peaux sensibles et leur redonner une sensation de confort, un soin doit travailler sur les deux barrières de l’épiderme : les lipides, essentiels, et le microbiome, relativement fragile.

LA PEAU ET LES BACTÉRIES : UN AMOUR INDÉFECTIBLE

La peau vit en symbiose avec les populations microbiennes qui l’habitent : on parle de situation gagnant-gagnant.

  • Toutefois, il est nécessaire de préserver un équilibre entre ces différentes espèces de bactéries. Nos « bonnes » bactéries aident à empêcher le développement de celles qui sont responsables des infections.
  • Afin de rester apaisée, la peau maintient un « dialogue » permanent avec ses bactéries. Concrètement, les bactéries bénéfiques pour la peau l’aident à maintenir sa « fonction barrière » et à désamorcer le cercle vicieux du dessèchement et des irritations.

LE MICROBIOME : maintient l’équilibre entre BACTÉRIES AMIES ET BACTÉRIES ENNEMIES

Pour un microbiome en bonne santé, un maître-mot : la diversité. Chaque cm2 de peau accueille près d’un milliard de microbes. Et plus les espèces de bactéries sont variées, plus la peau est saine. 1 000 000 000 000 – mille milliards : c’est le nombre de microorganismes vivant à la surface de notre peau... soit dix fois le nombre d’étoiles dans la Voie lactée ! Mais attention : toutes les bactéries ne nous veulent pas du bien. Certaines brisent les lipides à la surface de la peau, ce qui provoque des inflammations assez désagréables. Heureusement, notre microbiome est là pour maintenir l’équilibre des bactéries de notre peau !

LE TOP 3 DES BOOSTERS DE « BONNES » BACTÉRIES

  • L’hydratation : plus la peau est sèche, moins on compte d'organismes capables d’y vivre.
  • Les nutriments : certains minéraux et oligo-éléments favorisent la croissance de bactéries bénéfiques.
  • Les sources de carbone et d’azote, comme le Céramide 3.8
  • Aqua PosaeFiliformis : un ingrédient naturel spécialement formulé pour contribuer à l'équilibre du microbiome.
Chaque jour, la peau fait face à des agressions environnementales susceptibles de déséquilibrer son microbiome. Résultat ? Elle devient plus sèche, plus irritable, plus réactive... Mais des recherches poussées sur le microbiome ont dévoilé une nouvelle ère de soins prébiotiques : capables de stimuler la biodiversité de la peau, ces produits innovants boosters de microbes pourraient bien incarner la révolution attendue depuis si longtemps.

PRÉBIOTIQUES : L’AVENIR DES SOINS COSMÉTIQUES ?

Les prébiotiques sont des ingrédients alimentaires non assimilables qui favorisent la croissance de microorganismes bénéfiques pour la santé dans les intestins. Lorsqu’elle est saine, la peau constitue le « milieu de culture » idéal pour les bactéries amies : elle est tiède, humide et riche en nutriments. Mais il arrive qu’elle ait besoin d'aide pour préserver cet environnement propice au microbiome...

1 The NIH HMP Working Group et al. Genome Res. 2009 ; 19 : 2317-2323 
2 The Role of Cutaneous Microbiota Harmony in Maintaining a Functional Skin Barrier Hilary E. Baldwin, Neal D. Bhatia, Adam Friedman, Richard Martin, Sophie Seité

Recommandé pour vous

Voir tous les articles

Produits associés

Voir tous les produits